extranet
facebook twitter contact imprimer plus
S'ABONNER À LALETTRE D’INFORMATIONDU PEPS AQUITAINE
Accueil / Lettre d'information / Lettre spéciale Stratégie Nationale de Santé
 
 
Janvier 2014
LETTRE SPÉCIALE STRATÉGIE NATIONALE DE SANTÉ
DU PEPS AQUITAINE
   
     
Le 9 janvier 2014, le Peps Aquitaine consacrait sa troisième journée régionale à la Stratégie Nationale de Santé. 40 participants de la région - issus des secteurs du soin, du médico-social, de l’éducatif, de l’action sociale et solidarité, de la justice, de la promotion de la santé, du milieu du travail, de l’environnement, des institutions et des collectivités territoriales - ont participé à cette manifestation labellisée Stratégie Nationale de Santé. Les propositions ont été transmises à l’ARS Aquitaine et ont rejoint les contributions des autres manifestations labellisées qui se sont déroulées dans la région depuis le mois de décembre dernier.  
SOMMAIRE
     
  separation
Agenda
EN SAVOIR PLUS SUR : PEPS-AQUITAINE.ORG
 
Formation
24 et 25 février 2014
Bordeaux
La démarche communautaire en santé : de la théorie à la pratique
 
Formation
6 février 2014
Bergerac
Prise en compte des problèmes de santé, dont les addictions, dans les entreprises de réinsertion
Formation
29 janvier 2014
Agen
Prise en compte des problèmes de santé, dont les addictions, dans les entreprises de réinsertion
 
Formation
10 février 2014
Bordeaux
La promotion de la santé dans une ambiance sociétale de l'excès
 
Des constats et des propositions
 

Après une présentation de la démarche de concertation dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé, avec un focus sur la prévention et la promotion de la santé, par Mme Tamarit de l'ARS Aquitaine, responsable du Pôle prévention, promotion de la santé au sein de la Direction de la Santé Publique, les participants ont travaillé en atelier sur les thématiques suivantes :

  • 1. Vers une normalisation territoriale des ressources et de l’offre de services en santé,
  • 2. La santé au travail : un enjeu de développement social, économique et individuel
  • 3. Les jeunes et LA santé, les jeunes et LEUR santé
  • 4. Mieux prendre en compte les facteurs environnementaux dans les actions de promotion de la santé (atelier fusionné avec l'atelier 1. pour des raisons d'effectif)

Un premier temps en atelier a permis d'échanger constats et propositions, un second temps en plénière de prendre connaissance des propositions issues de chaque atelier et d'échanger à nouveau.

 
 
Atelier 1 .Vers une normalisation territoriale des ressources et de l’offre de services en santé *
 

* L'atelier a également traité la thématique "Mieux prendre en compte les facteurs environnementaux dans les actions de promotion de la santé "

Les propositions des participants

1. Observation

  • Définir des indicateurs incontournables et renseignables en routine à toutes les échelles (de la commune à la région) et concernant les principaux déterminants de la santé selon une vision globale
  • Harmoniser et standardiser l’observation des territoires aux différentes échelles déjà définies (territoires de santé, territoires de proximité, collectivités et projets locaux de santé dont CLS) en déclinant une trame commune d’indicateurs (données de cadrage standardisées)
  • Diffuser et soutenir des démarches locales de tableaux de bord et de diagnostic qui bénéficieront ainsi et à moindre coût des données d’observation standardisée

 2. Information et communication

  • Recenser et communiquer de manière harmonisée (selon une même classification et des supports identiques notamment Internet) sur l’offre de services à minima à l’échelle de tous les territoires de santé et de proximité
  • Recenser et communiquer officiellement sur les services d’information missionnés afin de fournir une information certifiée concernant les questions de santé publique (dont environnement/risques)
  • Promouvoir au sein des TIC - Technologie de l'Information et de la Communication - la déclinaison de services et applications numériques à l’initiative de citoyens et dans une logique interactive de proximité

 3. Financement et ingénierie

  • Elaborer des appels à projets communs qui réunissent des administrations concernées par les mêmes enjeux de santé publique (par ex. sur l’environnement : Conseil régional, DREAL Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement  et Agence Régionale de Santé)
  • Développer une culture évaluative commune (notamment à l’échelle des différents financeurs), qui s’inscrive dans une approche de santé globale
  • Promouvoir des modalités d’action intégrées à l’échelle des cadres de vie qui s’inscrivent dans des logiques de programmation macro-standardisées (par ex : développer plusieurs dynamiques locales d’auto-support entre pairs de type adultes ou jeunes relais reliées entre elles, par ex : développer des dispositifs de bio surveillance dans les espaces publics et tout particulièrement ceux qui touchent un public captif et jeune dans une optique de sentinelle participative)

 4. Projets locaux de santé

  • Systématiser la mise en œuvre des Contrats Locaux de Santé afin de mailler tout le territoire français
  • Harmoniser les modalités de concertation (ex : animation de conseils locaux, de groupes de travail) et fixer des champs incontournables à traiter (par ex : offre de 1er recours, santé environnementale, etc.) tout en laissant une autonomie dans la stratégie (structuration des axes propres à chacun)
  • Donner des moyens équitables et durables à l’animation/coordination des CLS

 5. Politiques de santé

L'Etat doit définir les champs et services opposables, qui doivent bénéficier équitablement à tous les territoires.

 
 
Atelier 2. La santé au travail : un enjeu de développement social, économique et individuel
 

Les propositions des participants

  • Mener une recherche-action sur les connaissances, attitudes et pratiques de différents types d’entreprises autour de la prévention des risques professionnels et de la promotion de la santé, en tentant d’en repérer les freins
  • Faire un inventaire et mettre en place un réseau de structures potentielles qui peuvent accompagner les entreprises
  • Faire évoluer les mentalités pour développer et mettre en œuvre des actions de promotion de la santé
 
 
Atelier 3. Les jeunes et la santé, les jeunes et leur santé
 

Les propositions des participants

1. Accompagnement

  • Davantage de dispositifs qui se préoccupent ou s’occupent de la santé mentale des jeunes, ou former davantage les professionnels,
  • Ne pas dissocier préventif et curatif, dans la prévention et la promotion de la santé ; se préoccuper des publics déjà concernés par des comportements dommageables à leur santé,
  • Des lieux d’écoute plus accessibles et plus nombreux, ou des modalités utilisant les nouvelles technologies,
  • Inclure dans tous les dispositifs qui rencontrent des jeunes, des modalités permettant de considérer les questions de santé ; aider ces dispositifs à développer des ressources en interne sur ces questions et à repérer les ressources externes sur le territoire tant au niveau du soin que de l’administratif,
  • Simplifier et faciliter les démarches administratives, en allant jusqu’à l’accompagnement,
  • La santé des jeunes doit s’accompagner d’une préoccupation de la santé des familles. L’entrée famille doit aussi être considérée comme une entrée pertinente et qui ferait gagner du temps mais là aussi, attention aux stigmatisations et à la culpabilisation,

2. Modalités

  • Etre plus créatif dans les approches préventives, notamment des conduites addictives ; voir ce qui se fait dans d’autres pays, favoriser la recherche transversale : socio, médecine, psycho, pharmaco, etc.)
  • S’intéresser aux sites ou réseaux sociaux sur lesquels les jeunes vont chercher les informations, construire avec eux des outils les concernant,
  • Considérer que la promotion de la santé est l’affaire de tous et pas uniquement de l’école (quartier, centres sociaux, sportifs),
  • Participation accrue des usagers à la construction des messages, à la méthodologie des actions (notamment en développant la formation par les pairs) et ce, dès le début.
  • Penser la promotion de la santé à l’échelle d’un territoire en harmonisant les messages, en organisant des collaborations entre les établissements scolaires, les collectivités territoriales, les clubs de prévention, les associations de famille, les médecins généralistes, les dispositifs de santé.
  • Pourquoi pas des états généraux de la jeunesse ?

 3. Formation /Compétences

  • Penser à coupler à la fois un pilotage dans une logique d’articulation et de coordination avec en même temps une montée en compétence des acteurs sur le repérage, les addictions, la santé mentale, la promotion de la santé et les dispositifs,
  • Repenser les missions de chacun au regard des données et des observations sur la santé des jeunes. Il ne s’agit peut-être pas de multiplier les dispositifs, mais de permettre à ceux qui existent de remplir leurs missions et fonctions en considérant tout d’abord les constats précédents, les données des observatoires et baromètres santé ainsi que le souhait de chaque institution de mieux faire avec cette période de la vie.
  • Penser à créer des environnements favorables (création d’une culture harmonisée) permettant que ces questions de santé soient abordées le plus tranquillement possible et le plus professionnellement possible à partir de données validées.
  • Repenser les principes de la formation qui doit être co-construite et basée sur des échanges, plus qu’un apport de connaissance d’un dispositif envers un autre, formation incluant des échanges de pratiques, intervisions où chacun détient une partie de la réponse et peut apprendre de l’autre. Repérer les compétences et les rôles de chacun.
  • L’accueil des jeunes pour quelque raison que ce soit, nécessite une formation sur ce public mais aussi sur les modalités des échanges et de la communication, ainsi que sur les aspects culturels et sociétaux. Adapter les pratiques professionnelles à ce public, communiquer dessus et penser l’accueil.

 4. Pilotage

  • Aucun dispositif n’est légitime pour être à l’origine de l’articulation avec tous les autres, il faut vraiment une réflexion sur le pilotage de ces articulations nécessaires.
  • Organiser de manière officielle (tutelles) une réflexion autour du bon niveau et de la bonne instance de pilotage.
  • Continuer ce travail de concertation par des séminaires de travail sur la transversalité et la plus-value pour les publics.

Étant donné l’homogénéité des constats et l’entente sur les préconisations autour de la « problématique des jeunes et de la santé ainsi que des jeunes et de leur santé », il semble évident que moment est venu de créer des occasions d’articulation et de rencontres des acteurs de la santé, de la prévention et du social et de les soutenir dans la continuité, éventuellement de manière expérimentale sur quelques territoires.

Le bien grandir et l'accès à l'autonomie sociale et psychologique relèvent d'une responsabilité collective et la responsabilité de l'échec ou de la rupture ne doit pas être attribuée au seul usager.

 
 
peps

Notre objectif : promouvoir la santé, de manière équitable sur tout le territoire, en renforçant la compétence des acteurs, en favorisant le partage et la mutualisation, en visant l'harmonisation des pratiques et en optimisant les ressources disponibles